à la poursuite du martin pêcheur 2éme partie

22 Janvier. Depuis une semaine je n'ai qu'une idée en tête retourner sur les lieux et prendre les 2 flèches bleus en photos. Mais si c'est pour faire la photo que l'on voir partout je ne vois pas trop l'intérêt d'aller les embêter pour ça. Ce que je veux c'est l'oiseau sur son perchoir avec le lever du soleil derrière. Ma solution est de les habituer à l'appareil longtemps à l'avance. Les oiseaux ont toujours peur de l'homme et globalement de ce qui bouge ou fait du bruit, mais pas des objets statiques. Je fabrique donc un leurre en forme d'appareil recouvert d'une housse ressemblant à ma housse anti bruit faite maison.


23 Janvier. Me revoici sur les lieux, j'installe mon leurre avant le lever du soleil afin de déranger dame Nature le moins possible. J'en profite pour mieux repérer les lieux et prévoir l'endroit où je m'installerais avec mon d 300 équipé de son 500mm, le 810 sera lui en déclenchement à distance dans sa housse anti bruit et viendra remplacé le leurre. Je choisis un emplacement où je serais couché un peu en hauteur sur les rives à 5m environ de la branche perchoir. Il faut que je me fasse également un système pour être couché sans que l'oiseau puisse voir mes mouvements.


27 mars. J'ai laissé passer du temps, le temps que Martin et Martine s'habitue à mon leurre, le temps que je prépare le matériel nécessaire ( je me suis fais un sorte de petite toiture de 40 cm de haut avec des bambous afin de me coucher dessous, ainsi je peux affûter plusieurs heures, bouger un peu, boire si nécessaire, sans être vu) et le temps que la météo soit clémente...

C'est le grand jour, à 5 h en arrivant sur les lieux je suis un peu fébrile.

1er acte, remplacer le leurre par mon appareil, tout se passe sans soucis.

2éme acte m'installer sous ma cachette, c'est une autre histoire, difficile de se glisser dessous d'y installer le matériel, mais je finis par y arriver. C'est loin d'être le grand confort, il y a un trou au niveau de mon bassin du coup c'est un peu rude pour le dos mais bon on tiendra, le jeu en vaut la chandelle.

  7h   Un oiseau se pose sur la branche, mais pas assez de lumière, je ne peux rien faire.

  8 h 15   Cette fois c'est bon je déclenche les 2 appareils. Pour le d810 c'est facile j'ai juste à appuyé sur la télécommande, pour le d 300 c'est une autre histoire. Pas de trépied si bas, du coup il est juste posé sur le collier de trépied du 500 mm, pas terrible difficile à stabiliser, hop Martin s'en va.


  8h38   Le revoilà, je suis prêt, mon mouvement est pratiquement imperceptible, je shoote. Le d 300 est un peu bruyant et je n'ai pas de housse, mais le bruit n'a pas l'air de le déranger. Il ne reste toutefois pas longtemps posé au même endroit.


  9h12  Je l'entends mais ne le voit pas, je bouge tout doucement pour le localiser, je finis par le repérer, il est sur une branche en dessous de moi, la lumière est excellente, le peux voir le ciel dans son œil, je shoote.


  9h 45   Ras. Le vent s'est levé, j'ai le dos en vrac et j'ai froid, je décide de rentrer. Pour une première je suis assez content, on verra les résultat à la maison.


13 h30   Je regarde les résultats à l'écran, ma première impression c'est la déception, je n'ai pas la photo que je veux, mais en fait c'est pas si mal, bon il n'y a rien à tirer des photos du 810, mais avec le d300 c'est correct. Il faudra toutefois que je remette ça.